Conseil en Stratégie Patrimoniale 

Développement de l'entreprise

Gestion de fortune

Multifamilly office

10 rue Gertrude Bell

56000 VANNES

Tel : 02.97.42.77.60

Assurances : Quelles hausses prévoir en 2021 ?

Posté le : 05/01/2021

Assurland.com, leader des comparateurs d'assurances en ligne, a dévoilé ses prévisions tarifaires pour l'année 2021, basées sur son Indice du Prix des Assurances de Particuliers (IPAP) qui recense 6 millions de simulations tarifaires.

Stabilité des prix en assurance auto

Il existe des facteurs de hausse : réparations coûteuses des véhicules, prix des pièces détachées (+5 %) dont le monopole est toujours détenu par les constructeurs, et coût accru des soins médicaux aux blessés et des indemnisations. Mais ces coûts sont plus que contrebalancés par la chute des accidents lors du premier confinement (-75 %) avec un nombre de blessés en recul de 18,5 % (chiffres de l'ONISR - octobre 2020) et des vols de véhicules en baisse (-40 % entre mars et mai 2020). Soit un impact de plus de 2 Mds d'Euros.

Enfin, l'assurance auto reste un produit d'appel, auquel s'ajoute la pression de la loi Hamon, ce qui freine les tendances à de trop fortes augmentations depuis quelques années.

Gel des prix en assurance habitation

Le premier confinement a engendré environ 300 millions d'euros d'économies. La poursuite du télétravail devrait également permettre de conserver une tendance positive sur la sinistralité (moins de départs d'incendie, de dégâts des eaux, de cambriolages). Comme en auto, on retrouve également la pression de la Loi Hamon, qui est un frein à l'augmentation du prix des contrats.

Légère hausse en assurance santé

Les économies dues à la prise en charge des soins Covid par la Sécurité Sociale et aux reports de soins sont évaluées à 2,6 milliards d'euros. Des reports de soins qui ne donneront lieu qu'à un rattrapage partiel.

Les économies engendrées sont donc supérieures à la taxe Covid de 1,5 milliards d'euros (prélevée sur deux ans et à hauteur de 2,6 % sur les cotisations au titre de l'année 2020) qui va peser sur la profession. L'impact financier du reste à charge zéro aura été moins important que prévu suite aux confinements et au report des soins.  Enfin, la résiliation infra-annuelle en santé mise en place au 1er décembre va conduire à une modération des velléités d'augmentations des prix.